Squig Magazine #2

Vous ne l’attendiez plus ? Nous non plus ! Voici le deuxième numéro du Squig Magazine.

Squig Magazine : Bonsoir Coach Mathieu, quel plaisir de vous retrouver après cette absence. Tout d’abord je vous adresse mes plus sincères félicitations après votre nomination méritée au poste de commissaire adjoint. Comment vivez-vous vos nouvelles responsabilités ?

Coach Mathieu : Merci merci. Et bien pour répondre franchement à votre question … ça va, je le vis très bien. Les enfants adorent le toit panoramique de ma nouvelle voiture de fonction et madame ne se passe plus du siège massant. Les allégations de détournement de fond ne sont que des mensonges inventés par des envieux.

SM : Merci pour ces précisions. Revenons sur votre dernier match si vous le voulez bien. Pas trop déçu de ce score nul ? Vous avez pourtant eu plus d’occasions que votre adversaire ce soir là ?

CM : Effectivement mes joueurs ont eu droit à un sérieux recadrage après la rencontre. Nous avons prouvé que notre défense était solide et rigoureuse mais c’est en attaque qu’il faudra se montrer patient et ne pas tenter de marquer trop tôt.

SM : Vous souhaitiez également nous faire part d’un mystérieux courrier reçu dans votre boite personnelle ?

CM : Oui merci de me donner l’occasion d’informer le public. Ce que j’ai à dire est grave et c’est après une intense réflexion que j’ai décidé de porter à la connaissance des fans le contenu de cette missive opportunément rédigée en vieux Khemri. J’ai reçu chez moi, comme de par hasard, un courrier dénonçant (Coach Mathieu semble hésitant NdlR) … l’attitude pour le moins suspecte d’un joueur de l’équipe d’Orques pendant le match et hors du terrain. Il m’est apparu en effet assez singulier qu’un joueur de cette race réussisse autant d’esquives et de manipulation de balles. Les mots sont forts mais je pense que je dois la vérité aux amoureux du ballon ovale à piquants. Ce courrier anonyme accuse le numéro 7 Mazugh Le Typhon de (nouvelle hésitation NdlR) de faire (Coach Mathieu hésite encore puis lache le mot terrible en crachant et en faisant un signe cabalistique dans son dos) l’Elfe !

SM : Comment ?! Mais si ce que vous dites est vrai c’est une terrible accusation. Mesurez-vous la portée de votre révélation ? Un joueur Orque qui ferait l’Elfe ?

CM : J’ai toujours été dans le camp de la vérité, en particulier quand cela concerne des adversaires. Je sais bien que de telles allégations feront réagir. Mazugh Le Typhon a droit à la différence et à sa vie privée mais je rappelle à votre magazine que le Blood Bowl est un sport grand public, des enfants viennent assister à des rencontres, je crois même que l’association « Le Blood Bowl pour tous » organise des goûters d’anniversaire pendant la mi-temps. Pour toutes ces raisons j’ose dire qu’un Orque qui fait l’Elfe (nouvelle grimace de Coach Mathieu) n’a pas sa place dans notre beau sport. Je vais d’ailleurs faire suivre le courrier délateur de façon tout aussi anonyme à vos confrères de « Closeur, le Magazine du Close » qui saura enquêter de façon impartiale.

SM : Ahlala, votre professionnalisme vous fait honneur. Que peut-on vous souhaiter pour la suite de cette ligue ?

CM : Mon équipe s’est plutôt bien comportée contre les Orques de Mjolln, je dois leur reconnaître un jeu assez rugueux, sauf peut-être concernant leur numéro 7, m’enfin vous voyez ce que je veux dire. Pour mon prochain match je vais devoir affronter des Elfes (nouveau crachat). Je pense axer ma stratégie sur le contact, j’ai d’ailleurs retiré le ballon de mon programme d’entrainement au profit de nouvelles prises d’immobilisation et d’étranglement. Nous verrons bien ce que l’avenir nous réserve. Je vous laisse, j’ai du courrier à poster.

Coach Mathieu s’éloigne en ricanant et en se frottant les mains.

5 thoughts on “Squig Magazine #2

  1. Excellent reportage, sans nul doute ^^ mais je sens poindre un peu de mauvaise foi dans cette ligue. Beaucoup trop de vieilles momies traditionalistes…

    Khemriactionnaire, va!

  2. Répugnant, il ne me vient pas d’autre mot correct… les autres ne peuvent pas être cités…
    Salir la réputation d’un joueur comme Mazugh le Typhon, alors que la plupart des momies entrées sur le terrain ne reconnaissaient plus le sud du nord, s’empêtrant dans leurs bandelettes, restes d’une soirée de beuverie la veille de la rencontre vraisemblablement, tout le monde sait qu’il s’en passe de drôle dans les souterrains des pyramides….
    Enfin moi je dis ça, je dis rien, mais si le coach n’a pas l’autorité nécessaire pour tenir ses troupes, incapables d’arrêter un orque qui prend le temps de leur montrer la face cachée de son individu, essuyant la sueur de son arrière train avec les bandelettes qui pendent ça et là, il n’y a plus rien à dire… et ce n’est pas en tentant de salir la réputation d’un coureur qui leur à fait la nique à chaque passage que ça va relever le niveau de son coaching…

    Mjolln le Cornemuseur, raconteur d’histoire et faiseur de vérité!

  3. Si je ne suis pas bien sûr de comprendre ce que veut dire « faire l’elfe » (si vous voulez dire par là qu’ils ont tenté de jouer aussi bien que nous, c’est raté, notre style plein de panache est inimitable pour de vulgaires peaux vertes), je suis en revanche au désespoir de constater que les Orques ne semblent pas très motivés par leurs matchs..
    Le coach Meiffer avait l’air satisfait de son match, et son apothicaire n’a quasiment pas été occupé, alors que tous les observateurs annonçaient déjà 3 à 4 morts sur le match..
    Il serait temps qu’ils s’occupent un peu moins des bandelettes de leurs adversaires et qu’ils les cognent proprement !

  4. Toujours facile de vouloir s’en prendre aux orques, ces être remplis de compassion et de sollicitude pour parfaire l’anatomie de leur adversaire à coup de boule, de poing ou même de botte. Les coups sont tombés comme à Gravelotte, mais que dire d’un elfe qui vient de se faire rentrer la tête sous le gazon lors d’un blitz, puis éjecter dans le public par un orque noir, alors que le coureur avait encore le pied sur sa tête… et qui s’en sort sans une égratignure…
    Ces gens ne sont pas dans un état normal quand ils pénètrent sur le terrain, pour sur qu’ils se dopent avec des champignons et de la mousse, et nous soupçonnons même la présence d’un sorcier dans les tribunes, caché au milieu du public…
    Et le public, parlons en du public, alors que la foule était soit disant là en masse pour soutenir les orques malchanceux, elle raccompagnait les elfes en salle de soin, en cajolant ces pôv’es p’tits malheureux avec plein de mansuétude, même pas un bras cassé ou une épaule distendue… A vomir…
    Alors nous aimerions bien que la commission disciplinaire se penche sur le cas de ce coach et son équipe qui ne respectent pas leur adversaires en se laissant blesser ou bien tuer comme cela aurait été séant…
    Mais on sait tous comment cela va finir… pas de preuve, pas de tricherie… réclamation sans suite… comme d’habitude la part belle sera faite aux elfes….

  5. Alors je tiens à contredire tous ces fausses alegations concerant mon équipe. Alors mes joueurs s’en sortent sans dommage, mais c’est grace à un magnifique travail de rafistolage de notre aphoticaire christophe foucaud et un gros entrainement concernant l’encaissement des coups suite au match contre des ogres. Par contre je confirme que cette équipe d’orc s’entête a vouloir jouer comme des elfes. Et je parle bien d’équipe, car maintenant c’est l’ensemble de cette équipe qui veut jouer comme des elfes, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *